FOCUS

 

 

Pas question pour moi de rester avec des questions sans réponse. C'est ainsi que j'ai commencé à m'intéresser à certaines énigmes léonardiennes.

De fil en aiguille j'ai rapidement compris qu'un seul pan de l'histoire du Maître n'était pas énigme, mais que c'était l'ensemble de son oeuvre qui l'était. De nombreux et brillants chercheurs s'intéressent de très près à la moindre découverte qui viendrait alimenter son aura.

Le monde de l'art s'accorde à dire que Léonard de Vinci ne signait pas ses oeuvres. Volonté délibérée, énigme à résoudre ?

J'ai donc pris mon bâton de pèlerin et je me suis rendu là où je pourrai peut-être avoir un commencement de réponse, c'est à dire dans les musées.

J'ai tour à tour déambulé dans les couloirs du National Gallery de Londres, bien sûr dans les galeries du Louvre à Paris, puis ceux du Palazzo Vecchio à Florence.

J'avais besoin de me confronter aux oeuvres originales et ressentir concrètement les choses.

Il m'a fallu ensuite assimiler toutes les données que j'avais recueillies et faire des recoupements avec la personnalité du peintre, le caractère de l'homme, les écrits sur le personnage.

Et là, je me suis arrêté sur une citation qui a retenu toute mon attention

"Ma folie des reflets a engendré mon amour des miroirs, et le miroir devient ainsi l'étroit passage entre le visible et l'invisible" Leonard de Vinci

 

 

 

 

 

 

 

 

Des mots à la pratique il n'y a qu'un pas que j'ai franchi en écoutant les analyses des spécialistes sur certains de ces tableaux comme la Dame à l'Hermine, le portrait de Ginevra de Benci, la Joconde, l'Homme de Vitruve, ou bien encore la Vierge au Rocher et j'ai interprété certaines de ses citations comme des conseils qui pour moi sont des indications précieuses pour celui qui cherche.

                         

 

 

   

 

 

 

 

 

                                                   

                                                    Video Laure Fagnart

D'après l'analyse de Laure Fagnart (chercheuse qualifiée de FRS-FNRS de Liège), Leonard aime à nous montrer dans ces oeuvres et à travers des accessoires le nom de ses modèles. Cela  m'a permis de comprendre une certaine vérité qui serait dissimulée, entre ombre et lumière, pour le guider.

Mais Léonard de Vinci c'est aussi l'Histoire de l'Art, l'Alchimie, la Philosophie, les Mathématiques. Et parfois cette ambivalence entre l'image et le texte, notamment sur le folio de l'homme Vitruvien.

Mes découvertes sur l'Homme de Vitruve concentrent à elles seules cet attrait pour la Philosophie et les Mathématiques.

C'est ce que l'Homme  incarne dans ce croquis lorsqu'il est bien positionné, comme l'Architecte Vitruve le mentionne dans son traité d'Architecture.

                                                      Video Laure Fagnart